Rahab, la nouvelle génération

Publié le 7 Octobre 2010

Rahav et la nouvelle génération

tiré du site " Préparez le Chemin "


 

Savons-nous que « Rahav la Prostituée », inscrite dans la lignée messianique, possède un autre nom ?

Rahav est « celle qui cacha les espions », en hébreu « ha’havta et hamelakhim ».

Rahav désigne en fait un type d'Église, celle qui est méprisée du monde et qui protège Israël.

 

Cette pensée est prophétique : aux yeux du roi de Jéricho et du monde en général, Rahav est une vulgaire prostituée ; mais aux Yeux de D.ieu, Rahav est une héroïne digne de figurer non seulement dans le tableau de la foi en Hébreux 11, mais dans la généalogie de Jésus (1).

 

Elle incarne cette femme qui a discerné les temps et eu le courage de sauver les éclaireurs de Josué.  Elle a fait le bon choix en prenant la bonne décision, celle de cacher et protéger les soldats de l’armée d’Israël, au péril de sa vie. Alors que la ville entière de Jéricho verrouillait ses portes pour s’opposer à Josué et à son peuple, Rahav ouvrait son cœur et sa maison

« la maison de son père et tous ceux qui lui appartenait » -

Josué 6, 25

 

 

Rahav – élargi

Rahav a comme sens : large, élargi. D.ieu est en train de former une génération de croyants au « cœur élargi ». Cette pensée est liée à Israël. Pourquoi ? L’hébreu est riche en mystère et se prête à des jeux de mots pour des messages cachés.

Le nom Rahav est lié au mot  ’hava (prononcer rhava) : cacher, protéger. Rahav ha’havta et hamelakhim = Rahav, celle qui protégea les espions (envoyés ou anges).

 

Allons plus loin : ‘hava est relié à un autre mot de la même racine : ‘havav = aimer, chérir.

Ce terme est utilisé lors de la bénédiction de Moïse sur Israël.

S’adressant à la fois à Israël et à D.ieu, Moïse dit :  

« Oui, Il chérit (‘havav) les tribus d’Israël et tous Ses saints

ils sont dans Ta Main, ils se sont tenus à Tes Pieds et ont reçu Tes Paroles » 

Deutéronome 33, 3


Cela nous fait penser naturellement au Psaume 102, 15 :  

« (Jérusalem), tes serviteurs en aiment les pierres,

ils en chérissent la poussière ».

 

Parce que D.ieu a révélé Israël comme nation à partir de 1948, nous devons être interpellés par l’accomplissement des paroles antiques et par l’orientation des projets divins. La « parenthèse de l’exil » est terminée, et selon les promesses, D.ieu est amené à venger Son peuple de l’opprobre des nations :

Jérémie 50, 34 

« Mais leur vengeur (d’Israël) est puissant,

Lui dont l’Eternel des Armées est le Nom ;  

Il défendra leur cause,

afin de donner le repos au pays,

et de faire trembler les habitants de Babylone »

 

 

Le ministère de Josué


Alors que D.ieu mettait un terme au ministère de Moïse, invitant son serviteur à monter sur le mont Arbarim pour mourir (Deutéronome 32, 49), un nouveau chef était là :

« Josué, fils de Nun en qui réside l’Esprit »

Nombres  27, 18

Josué a été longuement préparé pour la conquête en Canaan-Israël. Il était avec Moïse sur le Sinaï, a combattu Amalek et a été à l’école du grand leader. Moïse, le libérateur du peuple hébreu, a traversé le désert – Hébreux : Ivrei = ceux qui traversent.

Le peuple juif a traversé le désert, mais a refusé par peur et incrédulité de rentrer en Canaan. D.ieu a alors fait mourir toute la génération des incrédules :  

« Ces hommes, qui avaient décrié le pays,

moururent frappés d’une plaie devant l’Éternel »

Nombres  14, 37

 

Vivre et combattre en Israël est un ministère spécial, qadosh. Le peuple hébreu (ivri) est devenu le peuple juif (yehoudi), les 12 tribus d’Israël formant une nation constituée et sainte. Ils avaient besoin d’un nouveau leader, de même qu’une génération nouvelle était nécessaire. Ainsi, D.ieu forme une autre génération de chrétiens, amenés à préparer le chemin du Messie,  consoler le peuple de D.ieu et protéger Israël.

 

Un fait extraordinaire se déroula avant la bataille de Jéricho : Josué rencontra un homme se présentant comme le chef de l’armée céleste, le Seigneur de Gloire :


« Voici, un homme se tenait debout devant lui,

son épée nue (dégainée) dans la main.

Il alla vers lui, et lui dit :

Es-tu des nôtres ou de nos ennemis ?

Il répondit :

Non, mais Je suis le chef de l’Armée de l’Éternel,

J’arrive maintenant !

Josué tomba le visage contre terre, adora… ».

 

Notons cette parole : « J’ARRIVE MAINTENANT ! »

 

N’est-ce pas l’image d’Apocalypse 19  nous révélant le Messie glorieux ? 

 

Durant le ministère de Moïse, D.ieu n’est pas intervenu ainsi. D.ieu se révéla comme El Schaddaï et contre Amalek, Moïse obtint la victoire les bras levés. Mais avec Josué, D.ieu se révèle comme le chef de l’Armée de D.ieu, dans l’esprit du Messie glorieux, et affirme Sa Présence.

 

 

Guilgal : « J’ai roulé l’opprobre… »

« Guilgal » est le symbole d’une action terminée : par jeu de mots, le nom de Guilgal (rouler, ôter) rappelle la disparition, sous le signe de la circoncision, de l’opprobre de l’Égypte (Josué 5, 7-9) :  

 

« L’Éternel dit à Josué :

Aujourd’hui, Jai roulé de dessus vous l’opprobre de l’Égypte ».

 

D.ieu a ôté la honte de l’esclavage et de l’idolâtrie de l’Égypte. Le désert a été ce temps de sanctification et les enfants d’Israël ont payé cher le prix pour pouvoir entrer en Canaan (2).

 

L’Église d’aujourd’hui passe dans les mains du grand Juge. D.ieu va revêtir Son Épouse

« d’un fin lin, éclatant et pur »

Apocalypse 19, 7

 


Pour cela, nous allons avoir besoin, nous chrétiens, d’être épurés de tout ce qui est de l’Égypte et de ses pratiques idolâtres. Depuis le Roi Constantin et les divers Conciles qui ont tout fait pour couper les racines hébraïques, en abandonnant la pratique du chabbat, celle des fêtes juives et du calendrier biblique, l'Église a été souillée, polluée par l’esprit grec. Il y a une grande nécessité de revenir aux sources hébraïques, à une foi purifiée.

 

D.ieu a accepté les choses jusqu’à présent, révélant la vraie foi, Son Esprit et Ses dons au travers de ses réformateurs – Luther, Calvin, Wesley, etc. Cela correspond au ministère de Moïse. Mais aujourd’hui, D.ieu veut se constituer un peuple renouvelé dans une foi semblable à celle de l’Église primitive ; Il veut retrouver une assemblée/keila qui n’est plus sclérosée dans des institutions figées. En Actes 2, nous voyons l’Église comme l’ensemble de rachetés sachant vivre une vie de foi et de miracles… et


« le Seigneur ajoutait chaque jour à l’Église ceux qui étaient sauvés ».

 

 

 

Marqués du Sceau de D.ieu

 

 La nouvelle génération, « l’assemblée Rahav » aura le front marqué, une intelligence renouvelée, une vision élargie, par le « Sceau de D.ieu » sur le front comme une marque d’appartenance et une protection divine :  

« Il leur fut dit de ne point faire de mal

à l’herbe de la terre,

ni à la verdure,

ni à aucun arbre,

mais seulement aux hommes qui n’avaient pas le Sceau de Dieu sur le front »

Apocalypse 9, 4 ; 7, 3

 

Rahav avait disposé un cordon rouge à sa fenêtre : c’était le Sceau de D.ieu sur sa maison.

Nous savons que le rouge est lié au Sang ayant coulé sur la Croix, comme la marque sur le cœur de tout celui qui invoque le nom de Christ. Josué 2, 18

 

« À notre entrée dans le pays,

attache ce cordon de fil cramoisi

à la fenêtre par laquelle tu nous fais descendre,

et recueille auprès de toi dans la maison

ton père, ta mère, tes frères, et toute la famille de ton père »

 

 

(En hébreu : tiqvah ‘hout hashani = cordon de fil cramoisi).


 Nous retrouvons le symbole du sceau sur le front dans l’AT :

« L’Éternel lui dit :

Passe au milieu de la ville, au milieu de Jérusalem,

et fais une marque sur le front des hommes

qui soupirent et qui gémissent

à cause de toutes les abominations qui s’y commettent »

Ezéchiel 9, 4

 

C’est la même signification que le sang badigeonné sur les linteaux des maisons des Hébreux en Égypte. C’est une protection que D.ieu place sur tous les siens lors de Son Jugement sur le monde, à l’inverse de la « marque de la bête ».

 

Le diable qui singe D.ieu utilisera en effet le symbole de la marque :

« Et elle (la Bête) fit que tous,

petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves,

reçoivent une marque sur leur main droite ou sur leur front,

et que personne ne puisse acheter ni vendre,

sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom (666) ».

 

Nous aurons ainsi besoin du signe divin pour résister à la marque diabolique :  

 

« Et je vis des trônes ;

et à ceux qui s’y assirent fut donné le pouvoir de juger.

Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités

à cause du Témoignage de Jésus et à cause de la Parole de Dieu,

et de ceux qui n’avaient pas adoré la bête ni son image,

et qui n’avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main »

Apocalypse 20, 4 

 

 

Rahav, protégée dans le D.ieu d’Israël


Voilà la nouvelle génération : des croyants, qui, comme « Rahav la prostituée », sont méprisés du monde mais aimés de D.ieu. Ils se regroupent en maisons telles les assemblées des Actes des apôtres, chez Lydie la marchande de pourpre, chez Priscille et Aquilas, chez Andronicus et Julias, etc. Ces croyants seront comme Marie-Madeleine, conscients de leur iniquité et ne tirant nul orgueil de leur position en Christ. Ils aimeront le peuple juif et le chériront comme D.ieu chérit Israël et le garde jusqu’à la venue du Messie, qui attend de se révéler. Enfin, de cette dernière génération « Rahav », sortiront des combattants, des hommes et femmes de foi ne recherchant ni le nom ni la gloire, unis dans l’obéissance à D.ieu.

 

Rahav s’est mariée avec Salmon (Ruth 4, 21), et elle est inscrite dans la ligne du Messie, étant la mère de Boaz et l’aïeule du roi David. A nous d’imiter Rahav, la femme courageuse ayant caché les espions de Josué, à nous de saisir son flambeau pour investir dans le Royaume, dans l'Amour de Sion. 

 

 

 

(1) Matthieu 1, 5, et indirectement Luc 3, 36, Rahav étant la femme de Salmon
(2) De la même façon, le peuple juif a été « errant » durant 2000 ans dans le désert des nations, et il est à nouveau dans son pays. Après la dure conquête d’Israël, D.ieu ôtera la honte de l’opprobre des nations, préparant le peuple à Sa venue glorieuse : « Ô Israël, Je ne t’oublierai pas ! J’efface tes transgressions comme un nuage et tes péchés comme une nuée ; Reviens à Moi, car Je t’ai racheté » - Esaïe 44, 22.

 

Rédigé par Le Ministère de l'Allliance

Publié dans #Le Corps de Christ

Repost 0
Commenter cet article