Noël... fête chrétienne ?? suite 6

Publié le 14 Décembre 2009

calendrieravent.jpg

Tiré de " Lettres à L'Épouse "

avec autorisation

 

La bataille de Noël 

Dans le Décalogue, c’est-à-dire la Loi des dix Commandements, le premier Commandement est une interdiction formelle concernant l’idolâtrie.

« Je suis l’Éternel ton Dieu,

qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude. 

Tu n’auras pas d’autres dieux devant Ma Face.

Tu ne te feras pas d’image taillée,

ni de représentation quelconque

des choses qui sont en haut dans les Cieux,

qui sont en bas sur la terre,

et qui sont dans les eaux plus bas que la terre.

Tu ne te prosterneras point devant elles,

et tu ne les serviras point ;

car Moi l’Éternel, ton Dieu, Je suis un Dieu jaloux… »

Exode 20, 2-6


L'idolâtrie est l'adoration d'une image, d'une idée ou d'un objet.

Le nom idolâtrie vient (par haplologie) du mot grec eidololatria, formé de eidolon, “ image”  ou “ représentation ”, et latreia, “ adoration ".

Le culte de l’image comme manifestation d’opposition au Dieu Véritable est une constante dans l’histoire biblique. Dès que le peuple se détourne de Dieu, le diable prend sa place et pose sa marque, comme pour borner le terrain d’un nouveau royaume dont le nouveau maître est celui représenté par l’idole.

La chose ne s’est pas arrêté avec la dispersion du peuple juif, mais au contraire a accompagné l’expansion et la diffusion du christianisme.

La fête de noël est une puissante démonstration d’idolâtrie teintée d’un pâle verni chrétien.

Mais les nations dîtes chrétiennes sont fécondes de ces représentations idolâtres qu’elles masquent sous des atours trompeurs. Souvent ces représentations « d’images » sont présentées comme des symboles ou des métaphores, mais quel que soit la manière dont on l’appréhende, profane  ou initié, le principe occulte de l’autorité spirituelle reste.


Je propose aujourd’hui un petit florilège des œuvres païennes qui bornent les frontières de notre monde soit disant chrétien afin d’en démontrer qui est le maître véritable.


sapincreche.jpg  granderoueobelisque.jpg

 

La crèche et l'Ashéra paraissent à Noël, mais l’Horus égyptien sous forme d’obélisque, manifestation du pouvoir solaire sur Terre, celle du Pharaon sur l'Égypte, comme celui présent place de la Concorde à Paris, marque dans les capitales chrétiennes la véritable essence de l’autorité pour nos chefs démocratiquement élus.

 


euroflag.jpg   missliberty.jpg

 

 

La couronne mariale, représentation de l’autorité de la reine du ciel « trône » désormais triomphalement sur toutes les marques de l’autorité politique européenne, comme le drapeau, la monnaie ou nos passeports. Et pour finir Miss Liberty, symbole par excellence de la liberté des démocraties modernes et qui n’est rien d’autre que l’image taillée du porteur de lumière que l’on traduit plus couramment par Lucifer.

Noël n’a pas le privilège du culte idolâtre dans les nations chrétiennes, les images païennes sont partout, noyées dans toute notre société moderne dite chrétienne, elles sont les bornes qui délimitent les frontières où s’arrête l’autorité de notre Dieu.

C’est pour cela qu’il est écrit : Jean 18, 36 

Mon Royaume n’est pas de ce monde,

répondit Jésus.

Si Mon Royaume était de ce monde,

mes serviteurs auraient combattu pour Moi

afin que Je ne fusse pas livré aux Juifs ;

mais maintenant

Mon Royaume n’est point d’ici-bas !

 

Le Royaume des Cieux

 

 

Rédigé par Le Ministère de l'Allliance

Publié dans #Savoir se laisser avertir !

Repost 0
Commenter cet article