Noël... fête chrétienne ?? suite 4

Publié le 9 Décembre 2009


Tiré de " Lettres à L'Épouse "

avec autorisation

 

La bataille de Noël

L'esprit de l'Avent est partout, et la magie s'installe, envoûtante, gagnant les cœurs et les âmes de toute la communauté européenne.

La bête qui a désormais un visage, peut être imprégnée du souffle du dragon, esprit puissant qui la pénètre, l’envahit, la gagne et l’inonde, esprit maléfique encore amplifié par l’atmosphère païenne de l’esprit de Noël.


Enfin sortie de cette mer, génitrice de tant de peuples, de nations, de royaumes, elle naît la bête immonde. Encore imprégnée de l’eau des peuples et du sang des saints, elle découvre son nouveau visage,

« Et il lui fut donné une bouche qui proférait des paroles arrogantes et des blasphèmes ;

et il lui fut donné le pouvoir d’agir pendant quarante-deux mois.

Et elle ouvrit sa bouche pour proférer des blasphèmes contre Dieu,

pour blasphémer Son Nom,

et Son Tabernacle,

et ceux qui habitent dans le Ciel. »

Apocalypse 13, 5-6


La question du statut de Jérusalem était ce mardi au cœur d'une discussion entre responsables de la diplomatie de l'UE qui, quelques jours après l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne, souhaitent faire entendre la nouvelle voix de la spécificité européenne sur la scène internationale.

Première décision politique qui vise avant toute chose, JÉRUSALEM !

Selon un projet de conclusions préparé par la présidence suédoise de l'UE, les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont estimé ce mardi que Jérusalem devait devenir la “ future capitale de deux États ” et que le statut final de la ville devait être réglé par la négociation, a-t-on appris de source diplomatique. Dans une déclaration commune, l'UE a également réaffirmé son refus d'accepter les changements de frontières survenus après juin 1967, refusant ainsi implicitement de reconnaître l'annexion de Jérusalem par l'État d'Israël.


Cette déclaration, même si elle ne fait que reprendre des positions défendues de longue date par les Vingt-Sept, coïncide avec de vives pressions internationales pour que l'État Hébreu mette un terme à l'expansion des colonies juives, en particulier à Jérusalem-Est, et reprenne les pourparlers de paix avec les Palestiniens.

Une semaine à peine après la prise de fonctions du nouveau Haut-représentant pour la politique extérieure, la Britannique Catherine Ashton, sensée faire exister l'UE sur la scène internationale, il s'agit aussi du premier test grandeur nature sur la capacité des Européens à transformer l'essai du Traité de Lisbonne. La baronne Ashton aura donc pour première mission diplomatique de diviser Jérusalem.

Le secteur oriental de Jérusalem “ n'appartient pas à Israël ”, a affirmé lundi à Bruxelles le chef de la diplomatie luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean Asselborn. “ Nous reconnaissons tous, dans les discours, que Jérusalem-Est est occupée. Et si elle est occupée, elle n'appartient pas à Israël” , a-t-il dit, plaidant pour que les Européens et les États-Unis parlent “ un langage clair ”.

Dimanche, le secrétaire d'État français aux Affaires Européennes, Pierre Lellouche avait tenu des propos similaires. “ Nous avons besoin d'interlocuteurs, et je crois que c'est dans l'intérêt de tous d'avoir un État Palestinien le plus rapidement possible avec Jérusalem-est comme capitale ”, avait-il dit, en appelant Israël à arrêter le “ bétonnage ” de la partie orientale de la ville.

Les catholiques ne proclament-ils pas que Noël est l’évangile d’une bonne nouvelle pour tous.

« Paix sur la terre aux homme de bonne volonté » ?

Mais par la voix des représentants européens, le diable vient d’engager l’Europe dans une guerre ouverte contre le Dieu d’Israël. Voici le véritable visage de l’esprit de Noël.

ashtonjerusalem.jpg

Le diplomate en chef de l'UE Catherine Ashton, l

es ministres des Affaires étrangères luxembourgeois Jean Asselborn et suédois Carl Bilt.

Pourquoi la bête européenne choisit elle la date du 8 décembre pour faire entendre sa voix la première fois ? Le 8 décembre est la date de la fête de l'Immaculée Conception de la Vierge, fête célébrée depuis le IXe siècle, même si la proclamation du dogme par le Pape Pie IX dans sa bulle Ineffabilis Deus ne date que de 1854. L'Immaculée Conception se fête le 8 décembre, date « supposée » de la conception de Marie, depuis 1477, par décision de Sixte IV. La fête a été confirmée par Clément XI en 1708. Elle est à l'origine de la Fête des lumières, célébrée chaque année à Lyon le 8 décembre.

Lyon tire son nom de Lugdunum capitale des Gaulles. Lugu-dunum est issu du nom de Lugus, irlandais Lug, gallois Lleu, dieu suprême de la mythologie celtique, auquel un autel a été consacré sur l'actuelle colline de Fourvière, et de l'élément celtique-duno (forteresse, colline).

Le nom de la ville signifie donc « colline du dieu Lugus », dont le nom est peut-être lui-même à rapprocher du mot gaulois lugos, nom du corbeau annonciateur de la présence de Lug dans la mythologie celtique, peut-être équivalent du mot latin lux, lucis (lumière), Lugus étant une divinité solaire et de la lumière.

Les catholiques y bâtirent la basilique de Notre-Dame de Fourvière qui domine la ville de Lyon depuis le sommet de la colline de Fourvière. Le mot basilique signifie royale en grec, ce qui fait de la Vierge de Lyon la reine des Gaulles et donc l’autorité occulte souveraine de France.

La reine du ciel associée avec le dieu solaire Lug, nous renvoie une fois de plus au culte de la mère et de l’enfant solaire, version celtique cette fois, une préparation à la grande  fête du solstice prévue pour la messe de minuit.

viergelyon.jpg

 

L’esprit de Noël, qu’est-ce ?

Est-ce l'esprit d’amitié ainsi que les sentiments généreux qui se manifestent durant cette période que l’on a coutume d’appeler " l’esprit de Noël " ? 

On pourrait voir une démonstration d’amour et de bienveillance dans tous les cadeaux qui sont offerts à l’époque de Noël, ou un désire de communion avec le repas de fête. C’est aussi le temps des dons aux associations caritatives ou tout simplement aux éboueurs. Mais dans ce temps si particulier est-ce l’esprit de l’homme qui s’élève dans la vertu pour donner sans recevoir ou tout bonnement la tradition qui conduit le geste ?

L’esprit de Noël est-il l’exaltation des sens, ou l’expression d’une vertu de l’âme ? Emane t-il d’une autorité qui dirige cette fête ou bien cela vient-il du fond de notre être ?

Si je mets en perspective les œuvres de la chair et les fruits de l’Esprit décrits dans Galates, j’ai le sentiment que l’esprit de Noël relève plus de celui des œuvres de la chair que des vertus de l’esprit, ne parlons même pas de l’Esprit-Saint !

Galates 5, 19 

Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont

l’impudicité,

l’impureté,

la dissolution,

l’idolâtrie,

la magie,

les inimitiés,

les querelles,

les jalousies,

les animosités,

les disputes,

les divisions,

les sectes,

l’envie,

l’ivrognerie,

les excès de table,

et les choses semblables.

Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit,

que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le Royaume de Dieu.

 

Mais le Fruit de l’Esprit, c’est

l’amour,

la joie,

la paix,

la patience,

la bonté,

la bénignité,

la fidélité,

la douceur,

la tempérance ;

la Loi n’est pas contre ces choses.

Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.

Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit !


Si on ramène l’esprit de noël à la fête familiale, un constat s’impose :  l’abondance de cadeaux et de bonne chair est le produit d’une société qui c’est enrichie mais appauvrie spirituellement et compense ses manquements par une fausse générosité ponctuelle.

En effet, l’abandon des enfants souvent livrés à eux même par des parents trop occupé par leur travail est compensé par des cadeaux qui ne compenseront jamais l’affection qui leur est dû. Dans ce cas c’est un manquement que l’on compense et une faute que l’on couvre.

Si on élargie le cercle au niveau national, de nombreuses associations surf sur la vague généreuse de la période de noël pour faire le joint pour le reste de l’année. Là encore un constat s’impose, comment une société qui tourne résolument le dos à la doctrine biblique en concentrant les richesses sur des personnes toujours moins nombreuses et dénuées de tous sentiments humains et encore moins chrétiens, peut elle espérer combler les manquements que cette situations génère ?

Un quart d’heure de générosité par an à la période de Noël ne comblera jamais les 365 jours de la société décrite en 2 Timothée 3, 1

Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles.

Car les hommes seront

égoïstes,

amis de l’argent,

fanfarons,

hautains,

blasphémateurs,

rebelles à leurs parents,

ingrats, irréligieux,

insensibles,

déloyaux,

calomniateurs,

intempérants,

cruels,

ennemis des gens de bien,

traîtres,

emportés,

enflés d’orgueil,

aimant le plaisir plus que Dieu

espritdenoel.jpg

 

L’esprit de Noël n’est pas de Dieu, car les vertus  que cet esprit prétend représenter sont aussi éphémères que trompeurs et ne change pas l’homme, et si l’homme ne change pas de nature pour épouser celle de Christ, alors son sort sera le même que celui du sapin de noël, richement paré un jour puis brûlé au feu après la fête...

calendrieravent.jpg

 

Rédigé par Le Ministère de l'Allliance

Publié dans #Savoir se laisser avertir !

Repost 0
Commenter cet article