Noël... fête chrétienne ?? suite 3

Publié le 7 Décembre 2009

Tiré de " Lettres à L'Épouse "

avec autorisation

 

La bataille de Noël

(suite 3)

Ézéchiel 8, 1  

La sixième année, le cinquième jour du sixième mois,

comme j’étais assis dans ma maison,

et que les anciens de Juda étaient assis devant moi,

la Main du Seigneur, de l’Éternel, tomba sur moi.

Je regardai, et voici,

c’était une figure ayant l’aspect d’un homme ;

depuis ses reins en bas, c’était du feu,

et depuis ses reins en haut, c’était quelque chose d’éclatant, comme de l’airain poli.

Il étendit une forme de main,

et me saisit par les cheveux de la tête.

L’Esprit m’enleva entre la terre et le ciel,

et me transporta, dans des visions divines,

à Jérusalem,

à l’entrée de la porte intérieure, du côté du septentrion,

où était l’idole de la jalousie,

qui excite la Jalousie de l’Éternel.


Et voici, la Gloire du Dieu d’Israël était là,

Telle que je L’avais vue en vision dans la vallée.

Il me dit :

" Fils de l’homme, lève les yeux du côté du septentrion! ! "

Je levai les yeux du côté du septentrion ;

et voici, cette idole de jalousie était au septentrion de la porte de l’autel, à l’entrée.

Et Il me dit :

" Fils de l’homme, vois-tu ce qu’ils font,

les grandes abominations que commet ici la maison d’Israël,

pour que Je m’éloigne de Mon Sanctuaire ?

Mais tu verras encore d’autres grandes abominations. "

Alors Il me conduisit à l’entrée du parvis.

Je regardai, et voici, il y avait un trou dans le mur.

Et Il me dit :

" Fils de l’homme, perce la muraille ! "

Je perçai la muraille, et voici, il y avait une porte.

Et Il me dit :

  " Entre, et vois les méchantes abominations qu’ils commettent ici ! "

J’entrai, et je regardai ;

et voici, il y avait toutes sortes de figures de reptiles et de bêtes abominables,

et toutes les idoles de la maison d’Israël, peintes sur la muraille tout autour.

Soixante-dix hommes des anciens de la maison d’Israël,

au milieu desquels était Jaazania, fils de Schaphan,

se tenaient devant ces idoles, chacun l’encensoir à la main,

et il s’élevait une épaisse nuée d’encens.

Et Il me dit :

" Fils de l’homme,

vois-tu ce que font dans les ténèbres les anciens de la maison d’Israël,

chacun dans sa chambre pleine de figures ?

Car ils disent :

" L’Éternel ne nous voit pas, l’Éternel a abandonné le pays."

Et Il me dit :

" Tu verras encore d’autres grandes abominations qu’ils commettent. "  

Et Il me conduisit à l’entrée de la porte de la Maison de l’Éternel,

du côté du septentrion.

Et voici, il y avait là des femmes assises, qui pleuraient Thammuz.

Et Il me dit :

" Vois-tu, fils de l’homme ?

Tu verras encore d’autres abominations plus grandes que celles-là. "

Et Il me conduisit dans le parvis intérieur de la Maison de l’Éternel.

Et voici, à l’entrée du Temple de l’Éternel, entre le Portique et l’Autel,

il y avait environ vingt-cinq hommes,

tournant le dos au Temple de l’Éternel et le visage vers l’orient ;

et ils se prosternaient à l’orient devant le soleil.

Et Il me dit :

" Vois-tu, fils de l’homme ?

Est-ce trop peu pour la maison de Juda

de commettre les abominations qu’ils commettent ici ?

Faut-il encore qu’ils remplissent le pays de violence,

et qu’ils ne cessent de M’irriter ?

Voici, ils approchent le rameau de leur nez.

Moi aussi, J’agirai avec fureur ;

Mon Œil sera sans pitié,

et Je n’aurai point de Miséricorde ;

quand ils crieront à haute voix à Mes Oreilles,

Je ne les écouterai pas ! "

 


Le Seigneur m’a conduit à relire ce chapitre d’Ézéchiel qui sous certains aspects me semble particulièrement approprié. La première concerne la manière dont Ézéchiel fut ravi en Esprit et qui s’approche de la façon dont moi-même je fus saisi par l’Esprit au début de ma conversion et élevé entre le ciel et la terre. La suite diffère car je ne vis pas le Temple de Jérusalem, mais le monde comme Dieu le voit, soit pauvre, misérable, malheureux, aveugle et nu. Ainsi me fut révélé que l’Église de Laodicée était un âge de l’Église et non une ville, et cet âge est le notre ! Mais ceci n’est pas le sujet, bien que…


Mais on peut facilement relier l’état d’une Église à la cause qui conduit à cet état et en l’occurrence dans Apocalypse 3 : 17 c’est la richesse et l’abondance matérielle qui ruine le spirituel :

«   Parce que tu dis :

Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien,

et parce que tu ne sais pas que tu es

malheureux,

misérable,

pauvre,

aveugle et

 nu ».

 

Si on rapproche la richesse avec la fête de noël le cocktail devient explosif.

Ashéra/Astarté associée à son fils Baal-Melkart le distributeur de toutes les richesses, car c'est lui que les marchands de Tyr invoquaient plus particulièrement, le schéma classique des divinités phéniciennes qui corrompirent Israël se redessine également aujourd’hui.

Une relecture approfondie du verset 5, nous permet d’identifier « l’idole de la jalousie ». En lisant sam au lieu de sham et en corrigeant mossab en Manassé, on obtient

« où Manassé avait placé la statue de jalousie ».

La correction permet d’identifier l’idole en question avec celle d’Ashéra citée en 2 Rois 21.

Nous obtenons l’association d’un fils solaire dispensateur de richesses associé à sa mère Ashéra dont la représentation est un arbre ne l’oublions pas. L’Ashéra du septentrion, peut aussi être lu,

« l’arbre du nord »

qui aujourd’hui ne peut être confondu avec aucun autre, puisqu’on le retrouve partout à la période de noël. La nuit de noël, celle où parait l’enfant divin se célèbre plus par l’exaltation des richesses et l’abondance des cadeaux qui maintenant la caractérise, que par l’austère messe de minuit d’antan.

Ces richesses se répandent au pied de l’arbre du nord associant ainsi dans l’esprit, Ashéra et Baal qui se retrouvent à nouveau par les foyers chrétiens qui en possèdent, dans le Temple de l’Éternel.  

 

 

 

Rédigé par Le Ministère de l'Allliance

Publié dans #Savoir se laisser avertir !

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article