Les clés du royaume

Publié le 1 Octobre 2010

Les clés du Royaume

Reinhard Bonnke

 

La Puissance de Dieu n’est pas simplement croire en une puissance.
Ce n’est pas non plus le fruit d’une routine dans une réunion, en croyant que la Puissance de Dieu est à l’œuvre de manière invisible.
Sa Puissance devrait être visible et manifeste. Il devrait y avoir des effets évidents, tout aussi physiques que personnels, qui peuvent indubitablement être attribués à Dieu. La vie des gens devrait être affectée par cette Puissance de manière tangible.

Le Saint-Esprit n’est pas une théorie ou une déclaration de ce qui se passe dans un monde très éloigné de nous dont nous ne sommes pas conscients, ni l’influence d’un souffle léger. Sa Puissance a des effets tangibles sur cette terre.


Soyons réalistes !


La foi chrétienne est surnaturelle ou elle n’est rien du tout.


Il existe deux formes de puissance.

- Celle dont les chrétiens font le plus souvent référence est dunamis. Nous pouvons nous identifier à ce mot car nous l’utilisons très fréquemment dans notre langage courant : dynamo, dynamite, dynamique.  Mais à vrai dire, ces mots expriment souvent une puissance encore « emballée ».  La dynamite est tout simplement une substance de couleur grise que nous pouvons transporter dans un attaché case. Mais néanmoins, soyons prudents ! C’est un paquet de puissance, une puissance latente, prête à exploser.

Paul utilise un mot qui fait référence à un autre sens du mot puissance, energema, qui signifie énergie. Lorsque la puissance de la dynamite a été libérée, elle se transforme en énergie. L’énergie est la puissance libérée. Dans 1 Corinthiens 12, 6, ce même mot est traduit par « opération » qui fait référence à la Puissance en action.  Le don d’opérer des miracles dans  1 Corinthiens 12, 10   est une combinaison des deux mots « puissance opérant avec de l’énergie ».

Soyons réalistes !

 Soit la foi chrétienne est surnaturelle ou elle n’est rien du tout.

 

Jésus était et est encore aujourd’hui un Jésus surnaturel, œuvrant de manière surnaturelle. Cela créé une Église surnaturelle, au travers d’un Évangile surnaturel, dans une Bible surnaturelle.

 

Enlevez le miraculeux et vous enlevez la Vie même de la foi chrétienne. L’Église devient une forme de société avec des principes éthiques, un club social, alors que sa destinée est en fait d’être un système de transmission de la Puissance de Dieu dans ce monde sans force.



Le livre des Actes parle des petits commencements qui préparèrent le chemin des Actes d’aujourd’hui.


L’ère de la foi chrétienne est l’ère de la Puissance.

 

L’Ancien Testament nous parle d’un Dieu des miracles qui accomplit des merveilles au travers de Moïse, d’Elie et d’Elisée. Dans les 39 autres livres de l’Ancien Testament, nous ne trouvons pas plus de détails, excepté quelques références au Saint-Esprit qui tomba parfois sur quelques individus et prophètes. Puis Jésus donna à Pierre les Clés du Royaume des Cieux (Matthieu 16, 19). Ces clés ne sont pas comme des grelots attachés à la ceinture de Pierre qui se tient à la porte des cieux.  Ces Clés sont l’Évangile de Christ, crucifié, et le Saint-Esprit.
Il ouvrit le Royaume et aujourd’hui nous avons les mêmes Clés à notre disposition.

Pierre vit sur terre ce que personne d’autre avant lui n’avait encore vu. Trois mille personnes, en un jour, se repentirent et trouvèrent le Salut par la Puissance du Saint-Esprit. Puis, les apôtres sortirent et testèrent la Puissance de ces clés : Les morts ressuscitèrent, les sourds, les aveugles et les paralysés furent complètement guéris.  Des multitudes se tournèrent à Christ, et quelque chose de nouveau vit le jour dans le monde : l’Église de Jésus Christ.

 


La Pentecôte, c’est Dieu à l’Œuvre.


La Pentecôte est le don du Saint-Esprit au monde, d’une manière manifeste. C’est Dieu à l’œuvre dans le monde physique et matériel. Nous ne connaissons qu’une forme de l’Esprit, et ce, lorsqu’Il se manifeste. L’Esprit ne se « meut » pas, calme et tranquille.  L’essence de la Pentecôte est un Esprit qui agit : 

le « vent puissant » du ciel et « les langues de feu ».

 

Il n’y a pas d’Esprit sans mouvement, tout comme il n’y a pas de vent sans mouvement.

 

Un vent qui ne souffle pas n’est pas du vent. Le vent n’est jamais calme, ni une simple atmosphère. Le Saint-Esprit est un vent violent. 

 

Personne ne peut se tenir dans un vent de force huit et parler poliment de « l’atmosphère » !  Là où il y a l’Esprit il y a de l’action, des miracles, et Dieu à l’Œuvre.

Toute discussion sur les miracles disant qu’ils appartiennent au passé nie l’objectif et la nature même de l’Évangile ainsi que le caractère du Saint-Esprit.

 

L’Esprit a été envoyé dans ce monde pour agir. Nier la puissance miraculeuse du Saint-Esprit c’est nier la nature même de la foi chrétienne. La Puissance de Dieu est une Puissance en action, dans le présent et dans le quotidien d’hommes et de femmes vivant aujourd’hui.


Voilà ce qu’est la foi chrétienne qu’il faudrait peut-être plutôt appeler l’ère du Saint-Esprit ou l’ère de la Pentecôte.

 

Parfois, les gens ont suggéré que les Actes des Apôtres auraient dû être intitulés les Actes du Saint-Esprit. Peut-être... Le livre décrit les Actes des Apôtres, comme l’indique le titre mais il ne donne certainement pas un compte rendu exhaustif de l’Œuvre complète du Saint-Esprit. Il ne cessa pas d’agir au chapitre 28 des Actes.

 

Le jour de la Pentecôte date déjà d’il y a 2 000 ans.  Les Actes des Apôtres se poursuivirent, sans interruption, jusqu’aux actes de la première église puis jusqu’aux actes du peuple de Dieu aujourd’hui.

 

Le Livre des Actes nous parle des petits commencements qui préparèrent le chemin aux Actes d’aujourd’hui.
C’est un livre qui continue d’être écrit !

Rédigé par Le Ministère de l'Allliance

Publié dans #Savoir se laisser avertir !

Repost 0
Commenter cet article