Le secret le mieux gardé de l'enfer 1

Publié le 30 Octobre 2009


3crosses.gif


Vers la fin des années 70, Dieu m’a grandement béni en me permettant d’ouvrir un ministère itinérant.

Lorsque j’ai commencé à voyager, j'ai pris connaissance des statistiques de croissance des églises. Et j’ai découvert à ma grande horreur, que environ 80% à 90% de ceux prenant une décision pour le Christ s'éloignaient de la foi.

C'est-à-dire, l'évangélisation avec ses méthodes modernes crée quelque chose comme 80 à 90, de ce que nous appelons généralement des relaps, pour chaque 100 décisions pour le Christ. Laissez-moi rendre cette statistique plus vraie pour vous.

En 1991, une dénomination importante aux États-Unis a obtenu 294 000 décisions pour le Christ. C'est-à-dire qu'en un an, cette dénomination comprenant plus de 11 500 églises a obtenu 294 000 décisions pour le Christ.
Malheureusement, ils ne pouvaient seulement trouver que 14 000 de ceux-ci à l’église. Ils ne pouvaient pas trouver 280 000 de ces décisions, et ce sont des résultats évangéliques modernes normaux.

J’ai pris connaissance de ces statistiques vers la fin des années '70, et cela m’a grandement préoccupé. J'ai commencé à étudier l’épître aux Romains attentivement. J’ai regardé comment les grands prédicateurs du passé, tel que Spurgeon, Wesley, Moody, Finney, Whitfield, et Luther ont proclamé l’évangile.

J’ai trouvé qu’ils employaient un principe
qui est presque entièrement négligé
par les méthodes évangéliques modernes.

J'ai alors commencé à enseigner ce principe.
J'ai été invité par la suite à situer notre ministère dans le sud de la Californie, dans la ville de Bellflower, pour apporter spécifiquement cet enseignement à l'église des États-Unis. Les choses étaient tranquilles pendant les trois premières années, jusqu'à ce que je reçoive un appel de Bill Gothard qui avait vu l'enseignement sur vidéo. Il m'a fait venir par avion jusqu’à San Jose, au Nord de la Californie, où j’ai partagé ce message avec mille pasteurs. Puis, en 1992, il a présenté cette vidéo à 30 000 pasteurs. La même année, David Wilkerson m’a appelé de New York. Il m’a appelé de sa voiture (il venait d’écouter l'enseignement dans sa voiture et il m’a téléphoné avec son cellulaire). Immédiatement, il m’a transporté par avion à 4 000 kilomètres de L.A., à New York, pour partager cet enseignement d'une heure avec son église. David Wilkerson
donna une grande importance à cet enseignement. Et récemment, j'ai entendu parler d'un pasteur qui avait écouté la cassette 250 fois.

Je serais heureux si vous écoutiez une seule fois cet enseignement qui s'appelle

 « Le secret le mieux gardé de l'enfer ».


La Bible nous dit dans le Psaume 19 verset 7 :

« La Loi de l'Éternel est parfaite, elle restaure l'âme. »

Qu’est-ce qui est parfaite, selon la Bible, et restaure l'âme ?
Les Saintes Écritures nous répondent clairement.

La Loi du Seigneur est parfaite, elle restaure l'âme.


Illustrons maintenant le rôle de la Loi de Dieu en la comparant à une cour de justice civile.

Imaginez que je vous dise :

« J’ai une bonne nouvelle pour toi.
Quelqu'un vient tout juste de payer ton amande de 25 000 $ pour vitesse excessive. »


Vous réagiriez probablement en disant,
« De quoi parles-tu ?
Ce n'est pas une bonne nouvelle.
Ça ne fait aucun sens.
Je n'ai pas d’amande de 25 000 $ à payer. »

Ma bonne nouvelle ne serait pas une bonne nouvelle pour vous. Elle serait insensée. Mais, plus que ça, mon message vous insulterait, parce que j’ai insinué que vous avez violé la loi, quand vous ne pensez pas l’avoir fait.

Cependant, si je vous approche d'une autre façon, mon message peut sembler plus raisonnable :

 « Sur le chemin pour vous rendre à cette réunion,
la police vous a vu rouler à 90 kilomètres-heure dans une zone spéciale pour enfants aveugles.
Il y avait dix panneaux d'avertissements clairs et précis déclarants
que 25 kilomètres heure étaient la vitesse maximum.
Mais, vous avez foncé à travers l’intersection à 90 kilomètres heure.
Ce que vous avez fait est extrêmement dangereux.
Il y a une amande de 25 000 $.
La loi était sur le point de prendre son cours,
quand quelqu'un que vous ne connaissez même pas est intervenu et a payé l'amende pour vous.
Vous êtes très chanceux. »

Pouvez-vous voir que, lorsque je prends d'abord le temps de vous expliquer clairement et avec précision ce que vous avez fait de mal au début, mon message devient ensuite réellement une bonne nouvelle. Si je n'apporte aucune explication claire démontrant que vous avez violé la loi, alors la bonne nouvelle semblera absurde et même insultante. Mais, une fois que vous comprenez que vous avez violé la loi, alors la bonne nouvelle devient en effet une bonne nouvelle.

De la même façon, si j'approche un pécheur non repenti et je lui dis,

 « Jésus-Christ est mort sur la croix pour tes péchés »,


ça sera absurde et insultant pour lui. Absurde parce que cela ne fera aucun sens pour lui.

La Bible dit :
« La prédication de la Croix est une folie pour ceux qui périssent »
1 Corinthiens 1, 18

Et ce sera insultant parce que j’insinue qu’il a commis des péchés alors qu'il pense tout à fait le contraire. En ce qui le concerne, il y a un bon nombre de gens bien plus mauvais que lui. Mais, si je prends le temps de suivre les pas de Jésus, mon message fera plus de sens.

Si je prends le temps d'ouvrir la Loi divine, les dix Commandements, et montrer avec précision au pécheur ce qu'il a fait de mal, qu'il a offensé Dieu en violant sa loi, alors il deviendra comme Jacques dit :

« condamnés par la Loi comme des transgresseurs »
Jacques 2, 9

 La bonne nouvelle de l'amende payée pour lui ne sera pas absurde. Il ne sera pas insulté. Ce sera

« une Puissance de Dieu pour le salut »
Romains 1, 16

Avec ces quelques pensées à l'esprit en tant qu'introduction, regardons maintenant Romains 3, verset 19.
Nous regarderons certaines des fonctions de la Loi de Dieu pour l'Humanité.

Romains 3, verset 19
dit :
« Or, nous savons que tout ce que dit la Loi,
elle le dit à ceux qui sont sous la Loi,
afin que toute bouche soit fermée,
 et que tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu. »

Donc, une fonction de la Loi de Dieu est d'arrêter la bouche, pour arrêter les pécheurs se justifiant en disant :
« Il y a bon nombre de personnes plus mauvaises que moi.
Je ne suis pas une mauvaise personne. Vraiment. »

Non. La Loi arrête la bouche de la Justification. La loi laisse le monde entier, pas simplement les Juifs, mais le monde entier coupable devant Dieu.

Romains 3, verset 20 dit :
« Car nul ne sera justifié devant lui par les œuvres de la Loi,
puisque c'est par la Loi que vient la connaissance du péché. »

Ainsi, la Loi de Dieu nous indique ce que le péché est.
1 Jean 3, 4
dit :
« Le péché est la transgression de la Loi. »

Paul dit, dans Romains 7, verset 7 :
« Que dirons-nous donc ?
 La Loi est-elle péchée ? Loin de là !
Mais je n'ai connu le péché que par la Loi. »

Paul dit :
« Je ne savais pas ce que le péché était
jusqu'à ce que la Loi me l’indique. »

Dans Galates 3, 24, nous lisons :

« Ainsi la Loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ,
afin que nous fussions justifiés par la foi. »

La Loi de Dieu agit en tant que maître pour nous amener à Jésus-Christ pour que nous puissions être justifiés par la Loi dans son Sang. La Loi ne nous aide pas, elle nous laisse délaissés. Elle ne nous justifie pas, elle nous laisse coupables devant le Jugement de Dieu.

Au tournant du siècle dernier, les chrétiens ont abandonné la Loi dans sa capacité de convertir l'âme et de conduire les pêcheurs au Christ. La tragédie de l'Évangélisation moderne est qu’elle a dû, donc, trouver une autre raison pour que les pécheurs répondent à l’Évangile.

La façon par laquelle l'Évangélisation moderne a choisi d'attirer les pêcheurs est par la promesse d’une « meilleure qualité de vie ».

L’évangile s'est dégénéré et est devenu

« Jésus vous donnera la paix, la joie, l'amour, la satisfaction et le bonheur durable. »


Pour illustrer la nature non biblique de cet enseignement très populaire, je voudrais que vous écoutiez très soigneusement l’anecdote suivant, parce que l'essence de ce que je dis pivote sur cette illustration particulière.

Veuillez ainsi écouter soigneusement.

Deux hommes sont assis dans un avion.
On donne un parachute au premier passager et on lui dit de le mettre car ça améliorera son vol. L’homme est un peu sceptique, d'abord parce qu'il ne peut pas voir comment le port d'un parachute dans un avion pourrait possiblement améliorer le vol. Après un moment, il décide d'expérimenter et de voir si la réclamation est vraie. Comme il le met sur son dos, il note le poids sur ses épaules, et il a de la difficulté à s’asseoir droit. Cependant, il se console avec le fait qu'on lui ait dit que le parachute améliorerait le vol. Ainsi, il décide de donner à cette chose un peu de temps. Pendant qu'il attend, il note que certains autres passagers rient de lui, parce qu'il porte un parachute dans un avion. Il commence à se sentir humilié. Les gens le pointent du doigt et rient plus fort. Il ne peut plus les supporter. Il se lève de son siège, détache le parachute, et le jette sur le plancher. La désillusion et l’amertume remplissent son coeur parce qu'en ce qui le concerne, on lui a dit un pur mensonge.

Le deuxième homme reçoit aussi un parachute. Mais, écoutez ce qu'on lui dit. On lui dit qu’il doit mettre le parachute parce qu'à tout moment il sautera hors de l'avion à 7 600 mètres d’altitude. Il le met avec reconnaissance. Il ne note pas le poids sur ses épaules, ni le fait qu’il ne peut pas s'asseoir droit. Son esprit est consommé par des pensées de ce qui lui arriverait s'il sautait sans ce parachute.

Analysons le motif et le résultat de l'expérience de chaque passager.

La seule raison pour laquelle le premier homme a mis le parachute est pour améliorer son vol. Le résultat de son expérience était qu'il a été humilié par les passagers, il a été désillusionné et il est rempli d’amertume envers ceux qui lui ont donné le parachute. En ce qui le concerne, ça prendra un bon bout de temps avant que quelqu’un lui fasse mettre une de ces choses-là sur son dos.
Pour ce qui est du deuxième homme, la seule raison pour laquelle il a mis le parachute est pour échapper au
saut éventuel. Et, en raison de sa connaissance de ce qui lui arriverait sans parachute, il a une joie profondément enracinée et une paix dans son coeur sachant qu'il est sauvé d’une mort sûre. Cette connaissance lui donne la capacité de résister aux moqueries des autres passagers. Son attitude envers ceux qui lui ont donné le parachute est une de gratitude sincère.


Écoutez maintenant ce que l’évangile moderne dit.
Il dit : « Acceptez le Seigneur Jésus- Christ. Il vous donnera l'amour, la joie, la paix, la satisfaction et le bonheur durable. » En d'autres termes, « Jésus améliorera votre vol. »

Ainsi, le pêcheur accepte de façon expérimentale le Sauveur pour voir si les réclamations sont vraies. Et qu'obtient-il ? La tentation, les épreuves et la persécution promise. Les autres passagers le ridiculisent. Que fait-il donc ? Il enlève le Seigneur Jésus-Christ, il est offensé à cause de ce qu’il lui a été dit  Marc 4,  17, il est désillusionné et a de l’amertume (avec raisons). On lui a promis la paix, la joie, l'amour, la satisfaction et le bonheur durable, et tout ce qu'il a obtenu sont les problèmes, les épreuves et l’humiliation. Son amertume est orientée vers ceux qui lui ont donné la prétendue « bonne nouvelle ». Il est moins bien qu’au début. Un autre relaps inoculé et amer...

Au lieu de prêcher que Jésus améliore le vol, nous devrions avertir les passagers qu'ils vont devoir sauter de l'avion. Qu'il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement Hébreux 9, 27. Et quand un pécheur comprend les conséquences terrifiantes de briser la Loi de Dieu, il se tournera vers le Sauveur uniquement pour échapper à la Colère contre lui. Et si nous sommes des témoins vrais et fidèles, c’est ce que nous prêcherons. Qu’il y a une Colère qui viendra contre tous !

Dieu
 « ordonne maintenant à tous les hommes,
en tous lieux,
qu'ils aillent se repentir »

Actes 17, 30
Pourquoi ?
« Parce qu'Il a fixé un jour où Il jugera le monde selon la justice »
verset 31

Vous voyez, ce n’est pas une question de bonheur, mais de justice. Il n'importe pas comment heureux est un pécheur, combien il apprécie
 « pour un temps la jouissance du péché »
Hébreux 11, 25

 Sans la Justification du Christ, il périra le jour de la Colère.

« Au jour de la Colère, la richesse ne sert à rien ;
mais la justice délivre de la mort. »


Proverbes 11, 4


 La Paix et la Joie sont les Fruits légitimes du Salut, mais il n'est pas légitime d’employer ces fruits pour attirer une personne vers le salut. Si nous continuons à faire ainsi, les pécheurs répondront avec des motifs impurs et avec une absence de repentance.

Pouvez-vous vous rappeler pourquoi le deuxième passager avait la joie et la paix dans son cœur ?
C’était parce qu'il savait que le parachute allait le sauver de la mort sûre.

Et comme croyant j'ai, tout comme Paul,

« toute Joie et toute Paix dans la foi »
Romains 15, 13

parce que je sais que le Sacrifice du Christ va me délivrer de la Colère qui doit venir.

Avec cette pensée à l'esprit, jetons un coup d'oeil sur un incident à bord de l'avion. Une nouvelle hôtesse vient d’être embauchée. C'est son premier jour et elle a l’intention de se faire remarquer. Et c’est exactement ce qui arriva. En transportant du café bouillant, elle s’est enfargée et a renversé le café sur notre deuxième passager. Quelle sera sa réaction lorsque le liquide bouillant touchera à sa tendre chaire ? Il criera sans doute de douleur. Mais, pensez-vous alors qu’il enlèvera le parachute de ses épaules pour le jeter sur le plancher en disant « qu’elle parachute stupide ! »? Non. Pourquoi devrait-il ? Il n'a pas mis le parachute sur son dos pour un meilleur vol. Il l'a mis sur son dos pour le sauver du saut à venir. L'incident du café chaud pourrait même le pousser à accrocher son parachute encore plus serré en attendant impatiemment le saut.

Si vous et moi avons mis le Seigneur Jésus-Christ pour le bon motif, pour être sauvé de la Colère qui doit venir, alors, quand les problèmes frapperont et quand le vol deviendra désagréable, nous ne nous fâcherons pas contre Dieu. Nous ne perdrons pas notre joie et notre  paix. Pourquoi devrions-nous ? Nous ne sommes pas venus à Jésus pour une vie heureuse. Nous sommes venus pour être sauvés de la CPolère qui doit venir. Les problèmes conduisent plutôt le vrai croyant plus près du Sauveur.
Et, tristement, il y a des multitudes de gens se professant chrétiens qui perdent leur joie et leur paix quand le vol devient désagréable. Pourquoi? Ces prétendus chrétiens sont le produit d'un évangile centré sur l’homme. Ils sont venus à Jésus sans repentance, sans laquelle vous ne pouvez pas être sauvés.

J'étais récemment en Australie pour évangéliser (l'Australie est une petite île sur la côte de la Nouvelle-Zélande). Et j'ai prêché le péché, la loi, la justice, la sainteté, le jugement, la repentance, et l'enfer. Je n'ai pas été écrasé par la quantité de personnes voulant « donner leurs cœurs à Jésus ». Plutôt, l'atmosphère était très tendue. Après la réunion, ils m'ont dit « il y a un jeune homme en arrière qui veut donner sa vie au Christ ». Je me suis rendue jusqu’en arrière et j’ai trouvé un jeune adolescent qui ne pouvait pas prier la prière de repentance, parce qu'il pleurait tellement fort. Pour moi, c’était tellement rafraîchissant, parce que, pendant beaucoup d'années, j'ai souffert de la maladie « de la frustration évangélique ».

J'avais tellement voulu que les pécheurs répondent à l’évangile, que j’aie inconsciemment prêché un message centré sur  l’homme. L'essence de ce message était : « Vous ne trouverez jamais la vraie Paix sans Jésus. Vous avez un vide en forme de Dieu dans votre cœur, que seulement Dieu peut remplir. »
Je prêchais le Christ crucifié, la repentance, mais non la loi. Lorsqu’un pécheur répondait à l’invitation et s’avançait vers l’avant, je me disais : « Oh non ! Cette personne veut donner son coeur à Jésus. Il y a 80% des chances que cette personne devienne un relaps. Je suis fatigué de créer des relaps. Donc, je ferais mieux de m'assurer que cette personne-là le veut vraiment. Il a avantage à être vraiment sincère ! » Je me suis mis à marcher vers un homme qui s’était avancé pour accepter Jésus. J’ai approché le pauvre type dans un esprit de Gestapo, et j’ai dit :
« Que voulez-vous ? »
Il a dit : « Je suis ici pour devenir un chrétien. »
Je répondis : « Le désirezvous ? »
Il a dit : « Ouais. »
J’ai dit : « le DÉSIREZ-VOUS VRAIMENT !? »
Il a dit : « Ouais, je pense. »
« Correct, je prierai avec vous, mais vous devez le désirer dans votre cœur. »
Il dit, « Correct, correct. »
« Répétez cette prière sincèrement après moi, le désirant dans votre cœur, sincèrement et vraiment dans votre coeur, et assurez-vous de le dire vraiment sincèrement, dans votre cœur. » « Oh Dieu, je suis un pêcheur. »
 Il dit : « Eh... Oh, Dieu, je suis un pécheur. »
Pendant ce temps, je pensais « Pourquoi n'a t-il pas de signes évidents de contrition. Il n'y a aucun signe externe démontrant que ce type est désolé à l'intérieur pour ses péchés. »

Si j’avais pu voir ses motifs, j'aurais vu qu'il était 100% sincère. Il voulait vraiment prendre cette décision avec tout son cœur.

Il a sincèrement voulu donner une chance à ce Jésus pour voir ce qu'il pourrait faire. S’il pouvait le faire « buzzer » à l’intérieur.

Il avait essayé le sexe, la drogue, les biens matériels et l’alcool.
« Pourquoi pas essayer l’expérience chrétienne un peu et voir si c’est aussi bon que tous ces chrétiens disent que c’est : paix, joie, amour, satisfaction et bonheur durable. »

Il ne se sauvait pas de la Colère qui devait venir, parce que je ne lui avais pas dit qu’il y avait une Colère à venir. Il y avait cette omission flagrante dans mon message.
Il n'était pas brisé par la contrition, parce que le pauvre type n'a pas su ce qu'était le péché.


Vous vous rappelez Romains 7, verset 7 ?
Paul a dit :
« Je n'avais pas connu le péché, mais par la loi... »

Comment un homme peut-il se repentir s'il ne sait pas ce qu'est le péché ?

Ce genre de prétendue repentance serait ce que j’appelle une « repentance horizontale ».

Il vient parce qu'il a menti aux hommes, il a volé des hommes. Mais quand David a péché avec Bathsheba et a brisé chacun des dix commandements (quand il a convoité l'épouse de son voisin, vécut un mensonge, a volé l'épouse de son voisin, commit l’adultère, commit un meurtre, déshonoré ses parents, et ainsi déshonoré
Dieu), il n'a pas dit :
« J'ai péché contre l'homme. »
 Il a dit à Dieu :

 « J'ai péché contre Toi seul,
et j'ai fait ce qui est mal à Tes Yeux »
Psaume 51, 4

Quand Joseph a été tenté sexuellement, il a dit :
« Comment ferais-je un aussi grand mal
et pécherais-je contre Dieu ? »

Genèse 39, 9

Le fils prodigue a dit :
« J’ai péché contre le Ciel »
Luc 15, 21

Paul a prêché la
« repentance envers Dieu »
Actes 20, 21

Et la Bible dit :
« La tristesse selon Dieu produit une repentance au salut »
2 Corinthiens 7, 10


Et quand un homme ne comprend pas que son péché est principalement vertical, il exercera une repentance superficielle, expérimentale, et horizontale, et il chutera quand les problèmes, la tentation, et la persécution viendront.

A.B. Earl a dit :
« J'ai trouvé, avec une grande expérience,
que les menaces les plus graves de la Loi de Dieu ont une place importante
pour conduire les hommes au Christ.
Ils doivent se voir perdus avant qu'ils pleurent pour la pitié.
Ils n'échapperont pas au danger jusqu'à ce qu'ils le voient. »

Maintenant, je voudrais que vous fassiez quelque chose de peu commun.
Je ne vous embarrasserai pas.
Je vous donne ma parole.
Je voudrais vous demander qui parmi vous pensaient à autre chose quand je lisais cette citation d'A.B. Earl ? Laissez-moi vous dire que, je pensais moi-même à autre chose quand je lisais cette citation d'A.B. Earl.

Je pensais
« ...personne ne m’écoute. Ils pensent à autre chose. »

Ainsi, pour faire une remarque très importante, je voudrais que vous soyez vraiment honnête.
Si vous pensiez à autre chose et vous n'avez aucune idée ce qu’A.B. Earl a dit, pourriez-vous lever votre main. Levez-la un peu plus haute. C'est habituellement une demie à trois quarts des gens de la salle. Essayons encore....que Dieu vous bénisse, pasteur, pour votre honnêteté.


A.B. Earl était un évangéliste célèbre du dernier siècle qui a eu 150 000 convertis pour justifier ses réclamations. Satan ne veut pas que vous obteniez une poignée de ceci, ainsi écoutez très attentivement.

A.B. Earl a dit :
« J'ai trouvé, avec une grande expérience [c'est à dire, le vrai test],
que les menaces les plus graves de la Loi de Dieu ont une place importante
pour conduire les hommes au Christ.
Ils doivent se voir perdus avant qu'ils pleurent pour la pitié.
 Ils n'échapperont pas au danger jusqu'à ce qu'ils le voient. »

Vous voyez, si vous essayez de sauver un homme de la noyade quand l'homme ne croit pas qu'il se noie, il ne sera pas trop heureux avec vous. Vous le voyez nager dans le lac et vous vous dites : « Je pense qu'il se noie. Oui, je le crois. » Vous plongez et vous le ramenez jusqu’au rivage, sans lui dire un seul mot. Il ne va pas être très heureux avec vous. Il ne voudra pas être sauvé jusqu'à ce qu'il voie qu'il est en danger. Ils n'échapperont pas au danger jusqu'à ce qu'ils le voient.

Vous voyez, si vous veniez chez moi et vous me dites, « hé, Ray », et je réponds « ouais ».

Vous dites : « Ceci est un remède pour la maladie de Groaninzin. J'ai vendu ma maison pour
ramasser l'argent pour obtenir ce remède. Je vous le donne gratuitement, comme cadeau. »

Je réagirais probablement en disant quelque chose comme ceci  : « Quoi ? Un remède pour quoi ? La maladie de Groaninzin ? Vous avez vendu votre maison pour ramasser l'argent pour obtenir ce remède ? Vous me le donnez gratuitement comme cadeau ? Eh… merci beaucoup… au revoir. »

C'est probablement de la façon que je réagirais si vous vendiez votre maison pour ramasser l'argent pour obtenir un remède pour une maladie que je n’ai jamais entendu parlé. Et vous me le donnez gratuitement, comme cadeau. Je penserais que vous êtes plutôt étrange.


Mais, à la place, si vous veniez chez moi pour me dire : « Ray, vous avez la maladie de Groaninzin. Je peux voir dix symptômes clairs sur votre corps. Vous allez mourir dans deux semaines. »
Étant devenu convaincu que j’ai cette maladie (les symptômes étaient si évidents), je dis : « Oh non ! Qu’est-ce que je peux faire ? »
Et vous me dites : « Ne vous inquiétez pas. Voici un remède pour la maladie de Groaninzin. J'ai vendu ma maison pour ramasser l'argent pour obtenir ce remède. Je vous le donne gratuitement, comme cadeau. »

Je ne dédaignerais pas votre sacrifice. Je vais l'apprécier et je vais l’approprier. Pourquoi ? C’est parce que j'ai vu ma maladie que je pourrai apprécier le remède.

Tristement, ce qui s’est produit aux États-unis et dans le monde occidental est que nous avons prêché le remède sans convaincre d'abord de la maladie. Nous avons prêché un évangile de grâce, sans persuader d'abord les hommes qu'ils ont transgressé la loi. Par conséquent, presque tous ceux à qui je témoigne, dans le sud de la Californie ou dans le sud des États-Unis, sont nés de nouveau 6 ou 7 fois.

Si vous leur dites : « Vous devez donner votre vie à Jésus. »
Ils répondront : « Eh, j'ai fait cela quand j'avais sept ans, onze ans, dix-sept ans, vingt-trois ans, vingt-cinq ans, vingt-huit ans, trente-deux ans... »

Vous savez très bien qu’il n’est pas chrétien. Il est un fornicateur. Il est un blasphémateur, mais il pense qu'il est sauvé parce qu'il « est né de nouveau ». Que se passe-t-il ? Il emploie la Grâce de notre Dieu pour une occasion de la chair. Il n'estime pas le sacrifice. Pour lui, ce n'est pas une mauvaise chose de profaner le Sang du Christ Hébreux 10, 29. Pourquoi ? Parce qu’il n'a jamais été convaincu de la maladie pour pouvoir apprécier le remède.


L'évangélisme biblique est toujours, sans exception, la Loi pour le fier et la Grâce pour l'humble. Vous ne verrez jamais Jésus donner l’Évangile, la Bonne Nouvelle de la Croix et de la Grâce de notre Dieu, à une personne fière, orgueilleuse ou pharisaïque. Non, non. Avec la Loi, Il  brise le cœur dur. Et avec l’Évangile, Il guérit le cœur brisé. Pourquoi ? Parce qu’Il fait toujours les choses qui font plaisir au Père.

Dieu résiste aux orgueilleux et donne la Grâce aux humbles
Jacques 4, 6  ;  1 Pierre 5, 5

« Tout cœur hautain »,
 disent les Écritures,
 « est une abomination à l'Éternel » 
Proverbes 16, 5

Jésus nous dit à qui l’Évangile est destiné. Il a dit :

 « L'Esprit du Seigneur est sur Moi,
parce qu'Il L'a oint pour annoncer une Bonne Nouvelle aux pauvres ;
Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé,
 pour proclamer aux captifs la délivrance,
et aux aveugles le recouvrement de la vue »

Luc 4, 18-19

Ce sont des illustrations spirituelles. Les pauvres en esprit sont décrits dans Mathieu 5, 3. Les cœurs brisés sont ceux qui sont contrits Ésaïe 57, 15. Les captifs sont ceux dont Satan a pris comme captif pour faire sa volonté 2 Timothée 2, 26. Et les aveugles sont ceux que le dieu de ce monde a aveuglé, de peur que la Lumière de l’évangile ne brille sur eux 2 Corinthiens 4, 4. Seuls les malades ont besoin d’un médecin Marc 2, 17, et seulement ceux qui sont convaincus de la maladie apprécieront et s'approprieront le remède.

Maintenant, nous allons regarder très brièvement des exemples de la loi aux orgueilleux et de la grâce aux humbles. Luc 10, 25... Luc 10, 25. Quand je vous donne une référence d'un passage, je vous la donne deux fois. Parce que je sais qu’il y a des hommes présents, et que les hommes ont besoin qu’on leur dise les choses deux fois.... les hommes ont besoin qu’on leur dise les choses deux fois.

Ceci peut être soutenu bibliquement. Quand Dieu parle aux hommes dans la Bible, il emploie leur nom deux fois. « Abraham, Abraham... Saul, Saul... Mois, Moise... Samuel, Samuel... » On doit dire aux hommes les choses deux fois, et aux femmes qu’une seule fois. Je ne sais pas combien de fois, étant confortablement assis dans un banc d’église, le prédicateur a dit « Luc 10, 25 ». Je me tourne donc vers mon épouse et je lui demande : « Qu’est ce qu'il a dit ? " Elle dit : « Luc 10, 25. » Je lui dis : « Merci, chérie. » C'est pourquoi Dieu a créé les femmes, parce que les hommes ne peuvent pas survivre laissés à eux-mêmes. Les hommes perdent des choses, et les femmes trouvent ses choses. « Où sont mes clés, mon amour  ? » « Sur le bout de ton nez, chéri » je ne sais pas combien de fois j'ai ouvert une armoire de cuisine et dit en criant : « Il n’y a pas de miel ici, ma douce !  » Elle dit : « Le voici, chéri. » Où serait l'homme sans la femme ? Mm ? Toujours dans le jardin d'Éden. Ève a trouvé l'arbre. Adam n'a pas vraiment su ce qui se passait. En effet, si vous examinez la création de la femme, la Bible indique que Dieu a mis l'homme dans un sommeil profond. Mais les écritures ne nous disent pas s’il en est sorti.

Dans Luc 10, 25, nous voyons qu’un certain avocat s’est levé et a tenté Jésus.
C’était un expert dans la Loi de Dieu. Il s'est levé et il a dit à Jésus :

« Maître, que dois-je faire pour hériter de la Vie Éternelle ? »

Qu’est-ce que Jésus a-t il fait ? Il lui a donné la Loi.
Pourquoi ? Parce qu’il était fier, arrogant et pharisaïque.
Ici, nous avons un expert de la Loi de Dieu tentant le Fils de Dieu, et le cœur de sa question était : « D’après ce que vous pensez, que devons-nous faire pour obtenir la Vie Éternelle ? »
Ainsi, Jésus lui a donné la Loi.
Il a dit :
« Qu'est-il écrit dans la Loi ? Qu'y lis-tu ? »
Il répond :
« Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu,
de tout ton œur,
 de toute ton âme,
de toute ta force,
 et de toute ta pensée ;
et ton prochain comme toi-même. »
Et Jésus a dit :
« Fais cela, et tu vivras ! »

Alors, les Écritures nous disent :
« Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus :
et qui est mon prochain ? »

ParoleVivante nous apporte plus de clarification de l'effet de la Loi sur l'homme.
Elle dit :
« L'homme a voulu justifier son manque d'amour pour quelques genres de personnes ;
 ainsi, il a demandé, 'quels voisins ?' ».

Vous voyez, les juifs ne le dérangeaient pas, mais il n'aimait pas les Samaritains. Donc, Jésus lui a alors raconté l'histoire que nous appelons le « bon Samaritain » qui n'était pas « bon » du tout. En aimant son voisin autant qu'il s'aime, il a simplement obéi les conditions de base de la Loi de Dieu. Et l'effet, l'essence spirituelle de la Loi (ce que la loi exige dans la vérité), a arrêté la bouche de l'homme. Vous voyez, il n'a pas aimé son voisin à ce degré. La Loi a été donnée pour arrêter chaque bouche, et pour laisser le monde entier coupable devant Dieu.

Rédigé par Le Ministère de l'Allliance

Publié dans #Savoir se laisser avertir !

Repost 0
Commenter cet article