En n'étant pas du monde

Publié le 15 Octobre 2009


Pour pouvoir imprimer le texte, faire un clic droit + imprimer ou faire  fichier -> imprimer dans votre navigateur

En n'étant pas du monde

 

« Eux sont dans le monde,

... et le monde les a haïs, parce qu'ils ne sont pas du monde,

comme Je ne suis pas du monde.

Ils ne sont pas du monde comme Je ne suis pas du monde. »

Jean 17, 11, 14-16

 

« Afin que nous soyons dans ce monde tel qu'Il est Lui-même. »

1 Jean 4, 17


Si Jésus n'était pas du monde, pourquoi était-Il dans le monde ?

S'il n'y avait aucune sympathie entre Lui et le monde, pourquoi y vivait-Il, au lieu de rester dans ce Monde suprême, saint et béni auquel Il appartenait?  C'est parce que le Père L'a envoyé dans le monde. Ces mots : « dans le monde », « pas du monde » nous révèlent tout le secret de Son œuvre comme Sauveur, et de Sa Gloire comme Dieu-homme.


« Dans le monde » :

Revêtu de la nature humaine, parce que Dieu voulait montrer ainsi que cette nature humaine Lui appartenait, à Lui, qu’elle n'appartenait pas au « prince de ce monde », et qu'elle était capable de recevoir la Vie divine, de parvenir par là à la plus haute Gloire.

« Dans le monde » :

Mêlé aux hommes, en relation avec eux pour se faire voir et connaître d'eux et pour les ramener par là au Père.

« Dans le monde » :

En lutte avec les puissances qui gouvernent le monde, pour apprendre l'obéissance, pour perfectionner et sanctifier ainsi la nature humaine.

 

« Pas du monde » :

Mais du Ciel, manifestant la vie qui se trouve en Dieu et que l'homme avait perdue, pour la rapprocher de l'homme, pour la lui faire contempler et désirer.

« Pas du monde » :

Témoignant contre le péché et contre tout ce qui sépare l'homme de Dieu, pour montrer à l'homme qu'il est incapable de se faire une juste idée de Dieu et de Lui plaire.

« Pas du monde » :

Fondant sur la terre un royaume d'origine toute divine, tout à fait indépendant de tout ce que le monde tient pour désirable ou nécessaire, avec des principes et des règles tout autres que ceux qui ont cours dans le monde.

« Pas du monde » :

Afin de racheter tous ceux qui Lui appartiennent, et de les amener dans le Royaume Nouveau et Céleste qu'il leur a révélé.

 

« Dans le monde ». « Pas du monde ».

Voilà ce qu'est Jésus, ce qu'est Son œuvre : pas du monde quant à Sa puissance et Sa sainteté divines qui doivent juger le monde et le vaincre ; et pourtant dans le monde quant à Son humanité et Son amour qui cherchent à sauver tout ce qui peut être sauvé. La plus complète séparation d'avec le monde jointe aux plus intimes rapports avec ceux qui sont dans le monde, voilà les deux extrêmes qui se réunissent et se concilient en Jésus.

La vie du chrétien doit aussi mettre d'accord ces deux extrêmes,

quelque contradictoires qu'ils puissent paraître.

Il faut que chez le croyant,

la vie divine se fasse jour au travers de l'enveloppe terrestre.

 


S'en tenir à l'une de ces vérités seulement n'est pas très difficile.

« Pas du monde » fut dès les âges les plus reculés la devise de tous ceux qui croyaient devoir, pour servir Dieu, fuir au désert, ou se retirer dans des couvents, et de nos jours encore, elle rallie ceux qui croient devoir montrer la sincérité de leur piété en jugeant sévèrement tout ce qui est dans le monde. Il y a bien chez eux séparation d'avec le péché, mais il n'y a plus de rapports avec les pécheurs qui ne se sentent pas entourés par eux de la divine charité de Jésus. C'est limiter la religion à un seul point de vue, c'est en faire par conséquent une religion défectueuse.

D'autres s'en tiennent aux mots : « Dans le monde », se réclamant de cette parole de l'apôtre :

« Autrement il vous faudrait sortir du monde ».

I Corinthiens 5, 10

Ils veulent montrer que la religion n'empêche pas d'être sociable et de jouir de tout, car ils se figurent que par là ils engageront le monde à servir Dieu. Souvent ils ont en effet réussi à rendre le monde très religieux, mais à quel prix ? La religion se faisait alors très mondaine.


Le vrai disciple doit réunir ces deux vérités.

S'il ne montre pas clairement qu'il n'est pas du monde, s'il ne témoigne pas du bonheur qui résulte de la Vie qui vient de Dieu, comment pourra-t-il convaincre le monde de péché, comment lui prouver qu'il existe une vie d'un niveau plus élevé, comment l'engager à désirer ce qu'il ne possède pas encore ? Il faut que son sérieux, sa sainteté et sa séparation d'avec l'esprit du monde le caractérisent, lui et sa vie. Il faut que son esprit sanctifié, un esprit nouveau, céleste, tout contraire à celui du monde, prouve à tous qu'il appartient à un royaume qui n'est pas de ce monde.


Et pourtant il doit vivre « dans le monde ». Dieu l'a placé là, au milieu de ceux qui sont du monde pour gagner leur cœur, pour avoir de l'influence sur eux, pour leur communiquer l'Esprit qui est en lui, et c'est à remplir cette mission qu'il doit chercher à employer sa vie. Il ne saurait y réussir par les moyens qu'indique la sagesse du monde, par des concessions, par des déviations ou des atténuations des grandes vérités religieuses. Non, il ne pourra être en bénédiction au monde qu'en suivant lest traces de Celui qui seul peut enseigner à vivre dans le monde sans être du monde, qu'en réalisant une vie de service et d'abnégation par laquelle il confessera ouvertement que la Gloire de Dieu est le but de son existence, et par laquelle, étant plein du « Saint-Esprit » il réchauffera les hommes au contact de l'Amour divin.

Oh ! qui nous fera trouver le secret divin de réunir chaque jour dans notre vie ces deux choses si difficiles à concilier : dans le monde, et pas du monde ? C'est Jésus qui nous le révèle, lui qui a dit :


« Ils ne sont pas du monde comme Je ne suis pas du monde ».


Ce comme a plus de portée et de puissance que nous ne le pensons. Si nous laissons le Saint-Esprit nous expliquer le sens de ce mot, nous comprendrons « ce que c'est que de vivre dans ce monde comme Jésus y a vécu.

C'est de notre union avec Christ que ce comme tire toute sa force. C'est elle qui nous enseignera que plus on est loin « d?être du monde », mieux on est préparé à « être dans le monde ».


Plus l'Église sera affranchie de l'esprit et des principes du monde,

plus aussi elle aura d'influence sur lui.


La vie du monde cherche sa propre satisfaction et sa propre gloire.

La vie du ciel est sainte, elle vit d'amour et de renoncement à soi-même.

Un grand nombre de chrétiens qui cherchent à se séparer du monde

ne possèdent que peu de vie spirituelle,

parce qu'ils conservent encore trop de l'esprit égoïste du monde,

cherchant avant tout leur propre amélioration, et leur propre bonheur.

Jésus-Christ n'était pas du monde, Il n'avait rien de l'esprit du monde ; c'est pourquoi Il pouvait aimer les pécheurs, les gagner et les sauver. Le croyant non plus ne doit pas être du monde plus que Christ ne l'a été, car le Seigneur lui dit :


« ...pas du monde, comme Je ne suis pas du monde ».

 

Par sa nouvelle nature le croyant est « né de Dieu », il a reçu en lui la Vie et l'Amour de Dieu, et c'est cette vie surnaturelle qui le rend capable d'être dans le monde sans être du monde. Tout disciple qui tire sa vie de Christ en fera l'expérience. Il peut se dire : comme Christ je ne suis pas du monde, parce que je suis en Christ. Il sait que c'est seulement par son Union avec Christ qu'il peut rester séparé du monde, et que ce n'est qu'autant que Christ vit en lui qu'il peut jouir de la vie qui vient de Dieu. Il sait que pour répondre à sa vocation, il doit se retirer du monde comme étant crucifié au monde, et que néanmoins il doit vivre dans le monde, afin d'y être en bénédiction aux autres par la vie qu'il reçoit de Christ. Tout en marchant sur la terre, il vit dans le ciel.

Chrétiens, voyez là la vraie manière d'imiter Jésus-Christ.

« C'est pourquoi sortez du milieu d'eux et vous en séparez, dit le Seigneur ».

Et alors s'accomplit cette promesse :

« J'habiterai au milieu d'eux et J'y marcherai ».

2 Corinthiens 6, 17, 16


Alors Christ pourra vous envoyer dans le monde, comme le Père l'y a envoyé ?

Pour occuper dans le monde la place où votre Père vous commande de Le glorifier et de faire connaître Son Amour.

 


« Pas du monde » :

Ce n'est pas seulement se séparer du monde et témoigner contre lui, mais c'est encore faire connaître l'Esprit, l'Amour et la Puissance de l'autre monde, du Ciel, auquel nous appartenons, c'est amener le monde terrestre à avoir part aux bénédictions du monde céleste.

 


  Ô Toi, Souverain Sacrificateur !

Toi, qui revêtu de Ton pouvoir sacerdotal as prié le Père pour nous qui ne sommes, pas plus que Toi, du monde, quoique devant encore l'habiter, puisse Ton intercession manifester en notre faveur sa souveraine Efficace !

Le monde a souvent accès dans notre cœur. Son égoïsme nous domine trop encore. A cause de notre incrédulité, la nouvelle nature n'a pas toujours plein pouvoir. Seigneur, nous Te supplions, en vertu de Ton intercession toute-puissante, de réaliser en nous ces mots :

« Pas du monde, comme Je ne suis pas du monde »,

car notre seule force contre le monde est d'être comme Toi. Seigneur, nous ne pouvons être comme Toi qu'en étant un avec Toi. Nous ne pouvons marcher avec Toi qu'en demeurant en Toi.

Ô Seigneur, nous renonçons à nous-mêmes pour demeurer en Toi seul. Tu prends possession d'une vie qui se donne entièrement à Toi.

Que Ton Saint-Esprit, qui habite en nous, nous unisse si étroitement à Toi, que nous puissions toujours vivre comme n'étant pas du monde. Et qu'en outre ton Saint-Esprit nous initie si bien à Ton œuvre, en nous invitant à travailler comme Toi dans le monde, que nous puissions être avec joie et en toute humilité un exemple du bonheur dont jouissent ceux qui ne sont pas du monde.

Que notre séparation du monde se reconnaisse !

Amen !


Méditation suivante, cliquez sur l'Arbre

Rédigé par Le Ministère de l'Allliance

Publié dans #"Comme Christ" A. MURRAY

Repost 0
Commenter cet article