En souffrant injustement

Publié le 27 Septembre 2009

  Pour pouvoir imprimer le texte, faire un clic droit + imprimer ou faire  fichier -> imprimer dans votre navigateur

 

En souffrant injustement

 

« Car cela est agréable à Dieu,

lorsque quelqu'un, par un motif de conscience,

endure de mauvais traitements en souffrant injustement.

Autrement quelle gloire serait-ce pour vous, si,

étant battus pour avoir mal fait, vous l'enduriez ?

Mais si, en faisant bien, vous êtes maltraités,

et que vous le souffriez patiemment,

c'est à cela que Dieu prend plaisir. »

1 Pierre 2, 19-20


C'est à propos de choses tout ordinaires que Pierre prononce ces paroles importantes, nous présentant Christ comme notre Garant et notre Modèle. Il écrit à des serviteurs qui dans ce temps-là étaient pour la plupart des esclaves. Il les exhorte à être

« soumis à leurs maîtres avec toute sorte de crainte,

non seulement à ceux qui sont bons et équitables, mais aussi à ceux qui sont fâcheux,

car, dit-il, si quelqu'un fait mal et en est puni,

quelle gloire lui serait-ce de le supporter patiemment ? » 


Non, mais si quelqu'un fait bien, et en souffre et le supporte patiemment, voilà ce qui est agréable à Dieu. Supporter ainsi l'injustice, c'est faire comme Christ. En portant nos péchés à notre place, Christ a souffert injustement ; d'après son exemple, nous devons être prêts aussi à souffrir injustement.

Il n'est guère de chose qui nous soit plus dure et plus difficile à supporter que de souffrir injustement de la part de nos semblables. Il y a là non seulement préjudice et douleur, mais encore un sentiment d'humiliation et d'injustice qui réveille la conscience de nos droits. Dans ce qui nous arrive par l'entremise des hommes, il n'est pas toujours facile de discerner la Volonté de Dieu et de nous dire aussitôt qu'Il permet cette épreuve pour voir si nous avons réellement pris Christ pour notre Modèle.

Étudions ce Modèle ; Il nous apprendra ce qui lui donnait la force de supporter patiemment l'injustice.

 


Christ voyait dans la souffrance la Volonté de Dieu.

Il avait trouvé dans l'Écriture que le serviteur de Dieu doit souffrir. Cette pensée Lui était devenue familière, en sorte qu'à l'arrivée de la souffrance, Il n'en fut pas surpris. Il l'attendait, Il savait qu'elle devait contribuer à sa perfection. Il n'eut donc pas l'idée de chercher comment Il pourrait s'en délivrer mais plutôt comment Il pourrait glorifier Dieu par là-même. Ceci Le rendit capable de supporter tranquillement la plus grande injustice. Il voyait là la Main de Dieu.

Chrétien ! Auriez-vous la force de souffrir injustement dans le même esprit que Christ ?

  Accoutumez-vous à reconnaître la Main de Dieu dans tout ce qui vous arrive. Ce que Jésus vous enseigne là est plus important que vous ne le pensez. Qu'il s'agisse de quelque injustice dans des choses graves, ou de quelque petite offense du courant de chaque jour, avant d'arrêter votre pensée sur la personne qui en est l'occasion, recueillez-vous et rappelez-vous ceci : Dieu permet cette épreuve sur ma route pour voir si je Le glorifierai par là.

Cette épreuve, grande ou petite, me vient de Dieu, elle est Sa Volonté à mon égard. Avant tout puissé-je y voir la Volonté de Dieu et m'y soumettre. Alors, dans la tranquillité d'âme que donne ce regard En-Haut, je recevrai aussi la sagesse nécessaire pour me conduire en cette circonstance. Quand on regarde, non plus à l'homme, mais à Dieu, souffrir injustement n'est pas si difficile qu'il semble d'abord.

 


Christ aussi croyait que Dieu prendrait soin de Ses Droits et de Son Honneur.


Nous avons en nous un sentiment inné de justice qui vient de Dieu ; mais l'homme qui vit encore selon le monde visible veut avoir son honneur vengé dès ici-bas, tandis que celui qui vit déjà dans le monde éternel et

« comme voyant celui qui est invisible »

Hébreux 11, 27,

se contente de laisser à Dieu le soin de venger son honneur et ses droits ; il les sait en sûreté dans la Main de Dieu. Ainsi faisait notre Seigneur Jésus. Pierre nous dit


« qu'il s'en remettait à Celui qui juge justement »

1 Pierrre 2, 23

C'était une chose entendue entre le Père et le Fils que le Fils n'avait pas à prendre soin de Son Honneur à Lui, mais seulement de Celui du Père, et que le Père pourvoirait à la Gloire du Fils. Qu'en ceci le chrétien suive l'exemple de Christ et il en retirera beaucoup de paix et de repos d'esprit.

Placez sous la garde de Dieu vos droits et votre honneur ; recevez chaque offense avec la ferme confiance que Dieu veille sur vous et prend soin de vous,

« vous en remettant à Celui qui juge justement ».

 


En outre, Christ croyait à la puissance de l'amour qui sait souffrir.


Nous reconnaissons tous qu'il n'est pas de plus grande puissance que celle de l'Amour. C'est par là que Christ a vaincu l'inimitié du monde. Toute autre victoire n'obtient qu'une soumission forcée, l'Amour seul opère la véritable Victoire qui change l'ennemi en ami.

Nous admettons tous cette vérité en théorie, mais nous reculons devant l'application, tandis que Christ l'a mise en pratique. Lui aussi a voulu se venger, mais Il l'a fait avec Amour, amenant à Ses Pieds ses ennemis devenus Ses amis. Il a cru que, par le silence, la soumission, la souffrance et le support des offenses, Il gagnerait sa cause, parce que c'est ainsi que l'Amour obtient la victoire.

Et voilà ce qu'Il veut aussi de nous.

Notre nature pécheresse aime mieux compter sur sa propre force et son droit que sur le pouvoir divin de l'Amour, mais celui qui veut ressembler à Christ doit Le suivre là aussi et surmonter le mal par le bien. Plus il sera traité injustement par un autre, plus il se sentira appelé à l’aimer. Et même, s'il faut pour la sécurité publique que la justice punisse l'offenseur, il prendra garde à ce qu'il ne s'y mêle de sa part aucun ressentiment personnel, mais en tout ce qui le concerne il pardonnera, il aimera.

Ah ! que tout serait différent dans le monde chrétien et dans nos Églises, si l'exemple de Christ était suivi ! Que tout serait différent si chacun de ceux qui

« reçoivent des outrages, n'en rendaient point »,

si chacun de ceux qui sont

« maltraités,

ne faisaient point de menaces,

mais s'en remettaient à Celui qui juge justement ».


Frères chrétiens, voilà littéralement ce que le Père demande de nous. Lisons et relisons les paroles de Pierre jusqu'à ce que notre âme soit pénétrée de cette pensée :

« Si en faisant bien vous êtes maltraités et que vous le souffriez patiemment,

c'est à cela que Dieu prend plaisir ».


Dans la vie chrétienne, comme on la comprend ordinairement, où chacun cherche à remplir par ses propres efforts sa vocation de racheté, il est impossible de parvenir à une semblable conformité à l'image du Seigneur ; mais dans la vie de celui qui renonce à soi-même pour s'abandonner au Seigneur, qui remet tout entre Ses Mains avec la confiance qu'Il fera tout, renaît l'espérance de pouvoir ressembler à Christ en ceci aussi.

Pour lui le commandement de souffrir comme Christ se lie étroitement à ces mots :

« Christ a porté nos péchés en Son Corps sur le bois,

afin qu'étant morts au péché,

nous vivions à la justice ».

1 Pierrre 2, 24


Frère chrétien, ne voudrais-tu pas ressembler à Jésus et faire, en supportant les offenses, ce que Lui-même eût fait à ta place ?

N'est-elle pas belle la perspective d'être en toutes choses, même en ceci, conforme à Jésus ?

Avec tes propres forces, c'est impossible, mais avec Sa Force à Lui, c'est possible.

Abandonne-toi donc à lui jour après jour pour qu'Il opère en toi tout ce qu'Il veut que tu sois.

Crois qu'Il vit dans les Cieux pour être la Vie et la Force de chacun de ceux qui cherchent à marcher sur Ses Traces.

Renonce à toi-même pour devenir Un avec le Christ crucifié, si tu veux savoir ce que c'est d'être mort au péché et de vivre à la Justice.

Alors tu éprouveras avec joie quelle puissance résulte de la mort de Jésus, non seulement pour effacer le péché, mais encore pour en briser les liens ; alors tu participeras aussi à Sa Vie de Résurrection qui te fera « vivre à la justice », et tu trouveras tout autant de bonheur à suivre les Traces du Sauveur dans la souffrance que tu en as trouvé à te confier pleinement et uniquement en Sa Passion pour ton expiation et ta rédemption.

Alors Christ te sera aussi précieux comme Modèle qu'Il l'a été comme Garant. C'est parce qu'Il a pris sur lui ton châtiment en souffrant pour toi, que tu souffriras, toi aussi, volontiers pour Lui. Souffrir injustement deviendra ainsi pour toi une participation honorable à Ses Souffrances, le sceau de la conformité à Sa Sainte ressemblance, le fruit béni de la véritable Vie de foi.

 


  Ô Seigneur, mon Dieu, je viens d'entendre ce que dit Ta Parole :

« Lorsque quelqu'un, par un motif de conscience,

endure de mauvais traitements en souffrant injustement,

cela est agréable à Dieu ».

Voilà donc, Seigneur, le sacrifice qui T’est agréable, l'œuvre que Ta Grâce seule peut faire en nous. C'est là le fruit des souffrances de Ton Fils bien-aimé, le fruit de l'exemple qu'Il a laissé et de la force qu'Il donne parce qu'Il a détruit la domination du péché.

  Ô mon Père, enseigne-moi, enseigne à tous Tes enfants, à rechercher une entière conformité avec Ton Fils dans ce trait de Son Image.

Seigneur, je veux une fois pour toutes Te confier la garde de mes droits et de mon honneur, et ne plus m'en charger moi-même. Tu sauras parfaitement en prendre soin. Et quant à moi, que ma seule préoccupation soit désormais l'Honneur et les Droits de mon Dieu !

Je te demande surtout de me remplir de foi en la puissance victorieuse de l'Amour qui sait souffrir. Fais-moi saisir pleinement que l'Agneau de Dieu qui a souffert pour nous, nous enseigne par là-même que la patience, le silence et le support ont plus de prix aux Yeux de Dieu et plus d'influence sur les hommes que la force et le droit.

Ô mon Père, je dois marcher et je voudrais marcher sur les Traces de Jésus, mon Sauveur.

Que Ton Saint-Esprit, que Ta Lumière, Ton Amour et Ta Présence me guident et me fortifient.

Amen !

 

Rédigé par Le Ministère de l'Allliance

Publié dans #"Comme Christ" A. MURRAY

Repost 0
Commenter cet article