La " honte " de la sexualité

Publié le 7 Mars 2009

 

CHAPITRE III

 

LA HONTE DE LA SEXUALITÉ


Nous allons voir, un peu plus en détail, la source réelle de cette attitude honteuse, introduite dans le monde romain, par la religion à mystères de Babylone. Son origine remonte, en fait, beaucoup plus tôt dans le temps : à l'incidence du fruit défendu dans le Jardin d'Eden. C'est là que nous trouvons son véritable auteur.

Nous avons déjà brièvement abordé le sujet au chapitre II.

Mais cet incident a infléchi toute l'histoire de l'humanité. Or, il faut que nous comprenions bien, au risque de nous répéter, comment la honte à l'égard des choses du sexe est venue s'intégrer à la tradition humaine.

Dieu a dit qu'Adam, le premier homme, était physique. Imaginez cela. Voilà un homme, nouvellement créé - et créé adulte - à qui, tout d'un coup, échoit la conscience. Que fait-il ? Il regarde autour de lui. Ses yeux découvrent la beauté. Des fleurs multicolores, des arbres majestueux, de vertes prairies, des bosquets parfumés, le murmure d'un ruisseau ! Il est émerveillé.

Puis, il se regarde et se dit : " Que suis-je ? "

Il vous est sûrement arrivé, après un malaise ou un sommeil lourd, de vous dire en rouvrant les yeux : " Où suis-je ? " Lui n'a pas dû seulement se dire: " où suis-je ? ", mais : " Que suis-je ? "

Nous sommes poussière et nous retournerons un jour à la terre. Dieu n'a pas dit que, seul, le corps était poussière, mais que l'homme entier, l'homme conscient, est poussière, fait de matière. La révélation divine est claire :

L'Eternel Dieu forma l'homme de la poussière de la terre 

Genenèse 2, 7


Il n'a pas mis une âme immortelle dans un corps physique ; Il a insufflé de l'air dans les narines de l'homme. Il lui a permis de respirer, tout comme un animal.

L'homme est devenu une âme vivante, une âme qui respire. L'âme étant tirée du sol, elle est faite de matière, et non d'esprit. Le mot "âme" est traduit du mot hébreu nephesh qui signifie "vie animale".

Mais quel rapport avec le fait de considérer la sexualité comme mauvaise ? Satan a proféré le premier mensonge de l'histoire de l'humanité. Il a dit à Eve qu'elle ne mourrait pas - en d'autres termes, qu'elle avait une "âme immortelle".

Mais selon la Parole divine, l'âme peut mourir Ezéchiel 18, 4-20 ; en conséquence, si Adam et Eve mangeaient du fruit défendu, " ils mourraient ".


Voyons comment Satan lui-même introduisit, dans le cerveau humain, le sentiment de honte et de culpabilité envers la sexualité.

Au chapitre de la Création Genèse 1, nous apprenons que Dieu, en faisant l'homme, a créé les organes sexuels :

Il les créa mâle et femelle

verset 27

Dieu vit tout ce qu'il avait fait; et voici, cela était très bon

 

Il enseigna ensuite, à l'homme et à la femme, l'usage de leurs organes sexuels. Puis, Il conclut par ces propos relevant tant du domaine physique que du domaine spirituel

C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère,

et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair

 

Nous lisons au verset 25 :

L'homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n'en avaient point honte.

 

Notez bien cela : Dieu S'était personnellement entretenu avec Adam et Eve. Ils avaient parlé ensemble. L'homme et la femme étaient nus, et rien, dans les instructions divines relatives à leurs rapports intimes, ne leur avait causé le moindre sentiment de honte à cet égard.


Précisons que la Bible, à l'origine, n'était pas divisée en chapitres et en versets; cela se fit plus tard, pour en faciliter l'étude et la lecture.


Genèse 3, 1

Le serpent était le plus rusé des animaux des champs, que l'Eternel avait faits.

Il dit à la femme :

Dieu a-t-il réellement dit : " Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? "

 

Satan commence à mettre en doute la révélation divine comme source de connaissance. Il sous-entend subtilement que Dieu n'a pas tout dit, ou qu'Il a déformé la vérité. Adam et Eve savaient que le salaire du péché, c'est la mort, mais ils ont préféré croire au mensonge de Satan.


Le sentiment de honte


Le récit de la Genèse est très bref, mais grâce à d'autres passages bibliques et à l'étude de l'histoire, ce que dit Satan devient clair. Aussitôt après ce mensonge et cette flatterie, Eve mangea du fruit défendu, et son mari suivit son exemple ;

Les yeux de l'un et de l'autre s'ouvrirent,

ls connurent qu'ils étaient nus,

et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s'en firent des ceinture

 

Alors ils entendirent la voix de l'Eternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir,

et l'homme et sa femme se cachèrent loin de la Face de l'Eternel Dieu,

au milieu des arbres du jardin.

Mais l'Eternel Dieu appela l'homme, et lui dit : Où es-tu ?

Il répondit: J'ai entendu Ta Voix dans le jardin,

et j'ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché

 

Notez la remarque divine :

Qui t'a appris que tu es nu ?

verset 11


En effet, qui leur avait inspiré ce sentiment de honte à l'égard du sexe ?

Satan, pas Dieu !

Cette pensée blâmable était une accusation contre Dieu, car c'était juger dégradante une oeuvre divine. Elle était liée au mensonge relatif à la prétendue "âme immortelle".

 


Pourquoi Dieu les habilla-t-Il ?


Rien dans ce que vous venez de lire ne tend à justifier le nudisme ou le naturisme.

Une telle doctrine ne figure pas dans l'enseignement divin. Voyons plutôt comment Dieu habilla Adam et Eve, dans quelles circonstances et pourquoi ?

Lorsqu'Il leur parla, aussitôt après leur création, Il les instruisit sur l'intimité d'un couple. Tant qu'ils étaient les seuls êtres humains, il ne leur était pas nécessaire d'être vêtus.


Adam donna à sa femme le nom d'Eve ;
car elle a été la mère de tous les vivants
[ses enfants, leur famille].
L'Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau,
 et Il les en revêtit

Genèse 3, 20-21

 

Remarquez que c'est l'Eternel Dieu qui " les en revêtit ".

Le mot hébreu pour "revêtit" est labash. Il ne signifie pas voiler ou cacher la nudité.

Il veut dire parer, orner, agrémenter - mais jamais cacher quoi que ce soit.


Par contre, dans l'incident de l'ivresse de Noé, lorsque Cham aperçut le désordre de la tenue de son père, Sem et Japhet, ses frères, prirent un manteau, et, à reculons, couvrirent la nudité de leur père Genèse 9, 23. Ils cachèrent la conséquence d'un acte répréhensible. Le mot hébreu utilisé dans ce passage est kasah.

Dieu ne cacha pas une nudité honteuse chez le premier couple; Il habilla tout simplement Adam et Eve.

Par ces deux faits, on peut constater que Dieu n'approuve pas la nudité en public. Il ne veut pas que nous montrions notre nudité hors de l'intimité du mariage. Cela ne signifie pas que le pubis, création divine, soit en soi-même dégradant ou honteux; il s'agit seulement d'une question de pudeur. Lorsqu'on s'isole pour satisfaire certains besoins naturels, c'est par discrétion vis-à-vis des autres. Le fait en soi n'a rien de répréhensible. De la même façon, Dieu veut que nous portions des vêtements pour nous protéger, pour que nous n'exposions pas nos organes sexuels, tant par considération pour les autres, que pour éviter la tentation d'en mal user.

 


Le vêtement est indispensable


Dieu a créé le sexe afin que l'homme et la femme y aient recours après avoir été unis en un saint mariage. Il l'a créé pour des buts licites, dont l'un est de permettre une union pleine d'amour entre un mari et sa femme. L'intimité d'un couple marié est une chose sacrée, qui les rend chers l'un à l'autre. Cette union est gravement endommagée, même détruite, en cas d'adultère. C'est pourquoi l'union libre et l'adultère sont préjudiciables à ceux qui s'y livrent.


L'autre raison est qu'un corps de femme dévêtu provoque, automatiquement, une étincelle de désir dans l'esprit d'un homme. Les photographies de nus, les spectacles de strip-tease et toute exhibition de ce genre sont faits pour attirer une clientèle masculine, et en tirer profit en provoquant la convoitise.


Néanmoins, ces passages de la Genèse montrent que c'est Satan, et non pas Dieu, qui est à l'origine du sentiment de honte à l'égard des questions sexuelles.

Le monde a accepté le mensonge satanique comme un dogme. Le philosophe grec Platon, fondateur d'un certain mode d'éducation, l'a popularisé. Il en parle dans son livre Phédon.



La honte et le mensonge désormais liés


C'est à la doctrine de " l'âme immortelle " que remonte l'idée d'une sexualité blâmable. Elle prétend que l'homme est un être double; d'abord une "âme immortelle" qui constitue l'homme réel, et un corps dans lequel cette âme est prisonnière.


L'homme " réel " est ainsi représenté comme un être spirituel, juste et bon, possédant déjà l'immortalité. Par contre, son corps est considéré comme vil. Les organes sexuels et la sexualité, relevant du domaine charnel, deviennent donc méprisables.


Souvenez-vous que Satan, l'ancien archange Lucifer, est un être spirituel, sans corps physique, sans sexe, sans possibilité de se reproduire. Il envie ces fonctions dont l'homme est doté. Il essaie de les discréditer et de les faire passer pour mauvaises, tout en les mettant en valeur comme objet de convoitise. C'est lui l'auteur de cette double conception, car il pousse à l'extrême liberté. C'est également lui l'auteur de la "nouvelle morale" qui n'est, en fait, que l'immoralité, car dans ce sens, Satan arrive à persuader les gens que le sexe est une idole de la convoitise.


Des deux manières, par des voies diamétralement opposées, il pousse au mal l'humanité qu'il cherche à détruire. La doctrine satanique du dualisme de l'homme est à l'opposé de la révélation divine. Issue de la religion babylonienne de Sémiramis, femme de Nimrod Genèse 10, cette doctrine imprégna les religions païennes et, par l'Egypte, la Grèce et Rome, gagna la chrétienté post-apostolique.


chapitre précédent /  Table des matières /  chapitre suivant

Rédigé par Le Ministère de l'Allliance

Publié dans #Bible & sexualité

Repost 0
Commenter cet article

Oscar 04/07/2014 03:54


Satan auteur du sentiment de honte face au sexe parce qu'être spirituel, sans corps physique, sans sexe (il paraît pourtant que le sexe des anges a été lontemps un objet de débat chez les
théologiens. Mais passons...): l'idée est nouvelle, originale et intéressante comme argument.


A contrario, Dieu, lui, ne serait-il donc pas un être spirituel? A-t-il un sexe? Qui sait: on l'appelle bien "Le Père", ce qui du reste a toujours comporté me semble-t-il dans les Sociétés
de lourdes implications, tout comme le fait, j'epère que vous me pardonnerez l'expression, que la femme ne soit qu'un "produit dérivé" dans la Création de l'humanité...


 Il est vrai que "Le Père" a rendu une femme enceinte, ce qui nous "interpelle" à ce sujet, laisse songeur à tout le moins le moins...


Encore une fois: j'ai trouvé votre analyse très intéressante; instructive, et en somme... vraiment édifiante...